LOGO.png

Patrons et accessoires de tricot depuis 2013.


Le fameux cours magistral et assommant de manches marteau

Le fameux cours magistral et assommant de manches marteau

Par Alice Marteau, marteau des manches marteau.

Comme promis il y a quelques temps, voici un article qui regroupe toutes les façons que vous pouvez trouver dans mes patrons de régler la question des manches marteau. Si vous tricotez un peu mes modèles vous avez du remarquer que c’est une emmanchure que j’aime bien, je la trouve élégante mais la vérité vraie c’est que je la trouve super fun à tricoter. Je vais trier les options par sens de tricotage mais je tiens à dire que sur ce coup mes gouroutes la Reine Elizabeth (Zimmerman), Barbara Walker et Priscilla Gibson-Roberts m’ont tout appris.

Comme on n’apprend jamais aussi bien qu’en vrai, sachez que j’anime un atelier à ce sujet au Knit Eat de Lyon le 6 avril prochain, au cours duquel nous nous entrainerons en vrai à toutes ces techniques merveilleuses.

 
Cliquez sur l’image pour accéder réserver une place à l’atelier !

Cliquez sur l’image pour accéder réserver une place à l’atelier !

 

LES TOUT BOTTOM-UP

La classique votre préférée, la marinière Parisienne

La Parisienne est tout d’abord parue dans mon bouquin Sentimental Tricot, je crois que c’est un de mes modèles que vous préférez et je crois que les emmanchures n’y sont pas pour rien. Voilà ce que j’aime avec cette construction, le pull n’a rien de plus funky qu’un corps 2 manches et quelques rayures en jersey, et PAF avec les pattes d’épaules, il devient chic.

Rien de très compliqué pour cette technique : comme pour n’importe quel pull tricoté en bottom-up on commence par tricoter (en jersey) un gros tube pour le corps et 2 tuyaux pour les bras (pardon pour ce langage imagé mais appelons un tube un tube et un tuyau un tuyau), comme d’habitude on les réunit sur une grande aiguille pour tricoter l’empiècement (l’empiècement je suis sûre que vous le savez déjà mais je préfère préciser que c’est la partie supérieure du pull, tout ce qui se passe au dessus des aisselles).

Pour la ligne des emmanchures, on peut aller en raglan, on peut aller tout droit … mais dans le cas de la Parisienne on “shape” un peu le truc en diminuant tantôt côté manches tantôt côté corps, ce qui donne un galbe souple et élégant à la ligne qui se dessine.

Au lieu de continuer à tricoter son empiècement en diminuant aux emmanchures jusqu’au bout comme on le ferait sur un raglan par exemple, on va s’arrêter un peu avant (ici au ras de l’encolure du devant, quand il nous reste, grâce à un savant calcul du designer, le nombre de mailles de manches nécessaire pour avoir la largeur désirée de patte d’épaule). A partir de là, on ne travaille plus en rond tout autour du pull, on travaille les mailles de manche (qui vont devenir les mailles d’épaule) en allers-retours tout en “accrochant” toujours la dernière maille de manche à la première maille de dos sur les rangs endroit et de devant sur les rangs envers. Pour les “accrocher” on ne fait rien de plus sorcier que des diminutions. Cette opération a pour vertu d’assembler le dos et le devant par une bande de mailles, la fameuse patte d’épaule, qui est bien jolie.

parisienne.jpg

On s’arrête quand le chef le dit sur le patron (je sais que cette technique est chouette mais il faut garder un trou pour la tête) et on fait pareil pour la seconde épaule avant de tricoter une troisième petite bande de jersey sur l’arrière, toujours grâce aux rangs raccourcis, puisqu’on veut que le col du dos monte un peu plus haut que le col du devant.

Le rétro, le Pull Chaussette

C’est exactement le même procédé que pour la Parisienne, mais avec une coupe rétro bien moulante et des côtes. Alors ce qui est sympa avec des manches marteau sur un pull en côtes, c’est que c’est super graphique entre les lignes de diminution et les côtes qui se suivent.


Les variantes : Ben et Annouchka

Je vais commencer par Annouchka parce que vous le connaissez déjà bien. Je ne pense pas qu’on puisse parler de manches marteau à proprement parler mais la technique est tellement similaire que j’ai envie de vous en parler un peu. Vous voyez sur le devant, ça fait le même rendu que le marteau (et c’est bien logique car c’est la même façon de procéder) mais sur l’arrière il y a tout une partie qui englobe le haut du dos et que moi j’adore, surtout avec de petits motifs comme sur ce cardigan.

Annouchka
8.00

Ici on commence tout comme d’habitude, on joint, on diminue aux emmanchures. Je crois que pour sur ce modèle j’y suis allée raglan avec des double diminutions. Rendu ici on commence les pattes d’épaules tout comme pour la Parisienne. Sauf que quand on a la patte d’épaule qui fait la longueur voulue pour le devant (soit la largeur d’épaule jusqu’à l’encolure, et dans le cas d’Annouchka ça correspond au moment où on a consommé toutes les mailles du devant puisque c’est un cardigan) on ne s’arrête pas tout de suite mais on continue dans le dos : déjà on rabat la moitié des mailles de la patte d’épaule, pour former le côté de l’encolure. Puis on continue à tricoter la bande en continuant les diminutions côté dos, et ce jusqu’à arriver au milieu du dos. Là on met les mailles en attente et on fait pareil avec l’autre épaule. Quand on arrive au milieu du dos par l’autre côté, on assemble les mailles avec les mailles en attente par un grafting.

Ca paraît sûrement compliqué en le lisant, mais c’est très simple et intuitif en le faisant.

Même technique exactement pour le Ben, version pull. Celui-ci vous ne le connaissez pas encore bien, je vous dévoile quelques nouveaux modèles dans cet article. C’est un peu mon Parisienne pour homme, j’avais déjà fait des marinières femme et enfant mais jamais homme. Ce modèle-ci vous pourrez le trouver dans Club Tricot 2.

Daisy

Celui-ci non plus vous ne le connaissez pas encore bien, et vous pouvez le retrouver aussi dans Club Tricot 2.

Les techniques précédentes sont vraiment bien, mais elles ont un défaut : comme on tricote tout le début de l’empiècement en rond, on ne peut pas utiliser différentes couleurs pour le corps et les manches. Comme pour les modèles précédents, on va tricoter corps et manches en bottom-up, mais ce coup-ci on va tricoter tout le corps et laisser les mailles d’épaules en attente, et mettre de côté les mailles du haut de la manche qui serviront de point de départ à la patte d’épaule. Il faut assembler la manche au corps : on a donc les mailles de manche sur l’aiguille, et les mailles emmanchures qui sont les mailles lisière du corps. On va venir attacher la manche au corps en faisant comme un rabattage à 3 aiguilles : on tricote ensemble une maille lisière relevée sur l’emmanchure et une maille de manche, on fait pareil avec la maille lisière et la maille de manche suivantes, on rabat. On fait ça tout autour de la manche jusqu’à ce qu’il ne reste que les mailles de pattes d’épaules, puis on tricote cette fameuse patte d’épaule en allers-retours en “l’accrochant” aux mailles d’épaules en attente du corps avec des diminutions (on tricote les mailles de pattes moins 1, on fait un GGT avec la dernière maille de patte et la première maille de corps, on retourne, on tricote toute la patte moins 1 mailles, on tricote la dernière maille de patte et la première maille de corps ensemble à l’envers, on retourne, etc)

CORPS EN BOTTOM-UP, MANCHES EN TOP-DOWN


Mr Rochester

Ce modèle pas très vieux a été un de mes préférés à tricoter l’année dernière. Pour le corps on fait tout comme pour le Daisy, on le tricote en entier et on laisse les mailles d’épaules en attente. Pour les manches c’est un peu différent : on monte les mailles de pattes d’épaules, puis on la tricote en allers-retours en l’accrochant à chaque fin de rang aux mailles en attente des épaules avec des diminutions, exactement comme pour le Daisy. Je ne l’ai pas fait sur ce modèle mais cette construction aussi permet de faire un pull bicolore, vous pouvez le voir sur le modèle de Suzanne (@knitisintheair). Une fois qu’on a tricoté toute la patte et consommé toutes les mailles d’épaules du corps, on relève des mailles autour de l’emmanchure et on tricote sa manche en rond, jusqu’en bas.

TOUT TOP-DOWN

Barry et Balthus

Ces deux là se construisent de la même façon. On commence par tricoter les 2 pattes d’épaules de la longueur indiquée par le patron, en laissant les mailles d’extrémité en attente. On obtient donc deux petits rectangles avec des mailles en attente au bout. En commençant à une extrémité “mailles en attente”, on va relever des mailles le long du long côté du premier rectangle. On va ensuite monter des mailles pour l’encolure, puis relever des mailles le long du long côté de l’autre patte d’épaule. On a notre rang 1 du devant. Maintenant on tricote en allers-retours en faisant éventuellement quelques rangs raccourcis pour donner un peu de galbe aux épaules, jusqu’à avoir réalisé la hauteur d’emmanchure. On met les mailles en attente. On répète l’opération pour le dos, et quand on arrive à la hauteur d’emmanchures souhaitée, on raccorde devant et dos et on tricote son corps en rond jusqu’en bas.
On récupère les mailles de bout de patte d’épaule en attente, pour ces modèles on va continuer la torsade sur toute la hauteur de la manche, et on relève des mailles tout autour de l’emmanchure. On travaille la tête de manche en rangs raccourcis et on tricote sa manche jusqu’en bas.

Barry
8.00
Balthus
8.00

Patch Patch est un peu un Annouchka à l’envers. On va commencer par monter les mailles du milieu dos. C’est un peu bizarre dit comme ça mais ça se fait très bien avec un montage provisoire. On commence donc par monter provisoirement les mailles du milieu dos, on tricote la moitié de l’empiècement, on laisse les mailles en attente pour descendre les manches plus tard. On défait son montage provisoire, on remet les mailles ainsi libérées sur l’aiguille, et on tricote, de façon symétrique, l’autre moitié de l’empiècement, on laisse les mailles en attente pour descendre la seconde manche. On relève ensuite des mailles sur les lisières de l’empiècement exactement comme pour le Barry ou le Balthus, puis on tricote le corps de la même façon. Idem pour les manches, on remet les mailles en attente sur l’aiguille, on relève les mailles autour de l’emmanchure et on tricote en top-down.

Patch
8.00


J’espère ne pas vous avoir assommés et perdus en route, et je vous dis à très bientôt !

Ménage de printemps

Ménage de printemps

Des rendez-vous et du qiviut !

Des rendez-vous et du qiviut !

0