LOGO.png

Patrons et accessoires de tricot depuis 2013.


Patreon

Patreon

Chers tous

Aujourd’hui c’est un article très auto promo que je vais écrire, car après moult hésitations et interrogations, j’ai décidé de suivre une partie de mes collègues et de m’inscrire sur Patreon.

Je vais commencer par vous expliquer ce que c’est, car j’imagine que peu d’entre vous connaissent cette plateforme. Patreon (jeu de mot avec Patron, le mécène en Anglais) offre à des artistes, designers, illustrateurs, musiciens, journalistes, écrivains, créateurs de jeux video indépendants (liste non exhaustive, tout individu créatif est le bienvenu ) la possibilité de recevoir l’aide de mécènes (comme son nom l’indique) au travers d’abonnements mensuels. Ce système permet aux créateurs d’avoir une petite (ou grosse, selon le nombre de donateurs) source de revenus réguliers. En échange, le créateur s’engage à fournir un contenu à sa communauté dont la densité varie selon la formule choisie.

Je vais vous expliquer comment fonctionne ma page, ce sera plus clair. J’ai choisi comme la plupart de mes collègues 3 formules d’abonnement :

  • Pour 2 dollars soit 1,78 euro par mois (la plateforme est américaine), vous seriez un Biquet ou une Biquette et auriez accès à des codes promo tous les mois sur mon site et chez certains de mes partenaires de bonne volonté, ainsi qu’à un résumé mensuel de mon activité pour vous tenir au courant de ce que j’ai fait de votre argent.

  • Pour 6 dollars (5,33 euros), vous seriez promu Alpaga et recevriez en plus de ce que reçoivent les biquets un code chaque mois pour télécharger le patron de votre choix.

  • Pour 10 dollars (8,88 euros) vous deviendriez carrément Qiviut et en plus du contenu des alpagas et des biquets vous seriez tenu au courant de mes projets en cours ou à venir, auriez accès à des vidéos chat en direct pour discuter de mon activité ou de vos tricots, et seriez prioritaire pour les tests.

J’ai été réticente à me lancer sur cette plateforme. C’est toujours compliqué d’avoir l’impression de demander des sous, dans un monde idéal recevoir l’argent des ventes de mes patrons suffirait à nous faire vivre mon entreprise et ma famille mais dans le monde réel c’est plus compliqué. J’investis énormément dans mon travail et j’aimerais pouvoir continuer à le faire.

Avec un montant fixe mensuel, je pourrais poursuivre l’aventure des Club Tricot, continuer à être créative pour ma communauté au travers de jeux comme le jeu du samedi, le calendrier de l’Avent ou le Bac tricot qui me prennent beaucoup de temps libre, arrêter de faire les photos de mes modèles et des Club Tricot avec un appareil photo qui n’est pas adapté et en acheter un vrai une bonne fois pour toute, payer les charges que me coûtent le site, Ravelry, les plateformes de paiement, les envois de newsletter… toutes les petites et grandes choses qui constituent les joies et les peines du travailleur indépendant. Ce montant me permettrait également de pouvoir développer d’autres projets comme un second livre ou d’embaucher quelqu’un qui m’aiderait dans mes diverses activités.

J’ai tout détaillé sur la page Patreon, je vous invite à aller m’y lire si le coeur vous en dit. Ce n’est en aucun cas un changement d’activité ou un remue ménage sur mon site, tout restera comme d’habitude que vous deveniez mécène ou pas !

J’ai finalement eu l’impulsion de tenter l’aventure un petit peu grâce aux doux mots échangés avec Anna (Along avec Anna, je vous invite à aller voir son site ICI et son Patreon LÀ), et un petit peu parce que je suis de plus en plus dubitative quand à l’immédiateté et au rythme des réseau sociaux, je m’explique. Ça fait quelques temps que je suis fatiguée par les réseaux en général et Instagram en particulier, c’est à peu près le seul que j’utilise et j’y passe beaucoup trop de temps alors que moi ce que j’aime faire niveau réseautage, c’est d’écrire ici sur mon blog. J’ai passé 10 jours en vacances sans m’y connecter du tout. J’ai désinstallé les applications litigieuses de mon téléphone, ça ne m’a pas changé la vie mais ça fait du bien d’avoir ce paramètre en moins dans le cerveau. Je me suis dit que j’avais envie de passer bien moins de temps sur Instagram et bien plus à écrire, et que mes posts instagram devraient plutôt servir à relayer mes articles.

En me renseignant sur Patreon et son fonctionnement je me suis dit que ce serait un bon moyen d’écrire plus, la contrepartie principale étant le partage de contenu avec les mécènes. M’y voici donc !

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, je vous dis à très bientôt, ici ou sur Patreon !

Le délicat sujet du stash

Le délicat sujet du stash

Le Ministère du Tricot vous convoque pour le Baccalauréat 2019

Le Ministère du Tricot vous convoque pour le Baccalauréat 2019

0